Je vous livre ce qui a fait en grande partie la réussite de la #transvosges..

Merci les gars et les filles..

Si je vous ai oublié vous pouvez crier au scandale, si vous ne m’avez pas envoyé votre portion et commentaires sachez que ma considération est la même..

Selon les organisateurs environ une 50ène de personnes se sont relayé tout au long du parcours, 1 selon la police (ils sont venu au départ de Thann au 5h du mat’)..

Le pic d’affluence a été entre calvaire et markstein..

Mais chaque portion avec chacun d’entre vous a été un moment particulier, en voici un petit panel..

Raphaël : Du départ à la borne Brignon (lieu dit que tu ne dois pas connaitre entre Abresch et le Donon).

Je n’ai couru qu’une heure car je devais allé travaillé et suis arrivée très en retard.

Nous nous étions organisés pour un départ à 5H00.

Duche : Du depart jusqu au Donon, on pouvait discuter entre suiveur et la remarque a été faite que le rythme serait élevé.

Je me plante de direction dans la dernière montée au col et tu es passé en haut depuis deja 8 mn.

En tt cas bravo !

Mat : En réponse à ton post de cet aprem.

J’ai fait Abreschviller-Col du Donon, puis 4Km sur les crêtes avant l’arrivée sur Markstein.

Ensuite Col de l’Omic jusqu’à Thann.

Enfin Auxelles Bas jusqu’à Belfort.

Ce qui m’a le plus marqué c’est ces 15 bornes épiques jusqu’à Thann.

J’ai jamais pris une aussi grosse rincée et mon portable a été fusillé car imbibé d’eau.

Et malgré tout l’esprit de groupe nous a permis de bien avancer malgré les conditions.

Bruno : Tout juste chaud pour atteindre le sommet du Donon.

Moins d’une heure plus tard à l’entrée de SCHIRMECK.

Matthieu : Je t’ai accompagné du col entre les Donons jusqu’après le Struthof.

Je n’ai qu’un mot: Impressionnant.

Thomas : Donon – Struthof.

JD : Salut… alors j’ai fait le tronçon de Schirmeck jusqu’à après le col de steige (a cote de toi sur la photo) avec plusieurs potos.

Dav Id et Sophie (une des deux seules représentantes de la gente féminine sur le tracé!).

Tu étais très concentré et à l’écoute de tes sensations, un pas après l’autre.

Normal c’était la mise en bouche.

La chaleur commençait à grimper et le parcours encore relativement roulant.

Quand aux anecdotes je citerais la corne qui commençait a pousser sur la cuisse suite a la piqûre de taon.

Le moment où on avait un peu zapper le sentier Gr5 et du coup on c’est tous un peu regarder au croisement suivant pour savoir où aller.

A bientôt et bonne récupération..

Fabrice : Entre Schirmeck et presque le Col d’Urbeis.

Un petit cours d’histoire en passant au Struthof, une vieille blague qui tombe à plat sur les factures de gaz, des petits tronçons pour éviter les marécages, un p’tit ravito organisé par les confitures du Climont et un Steph très concentré sur tout le parcours.

Encore bravo à toi pour cette superbe performance (si si!)..

Cyrille : Salut Champion.

1° tronçon: du Struthof au Col d’Urbeis.

2° tronçon: col de Ste Marie le col du Bonhomme – tout seul pour t’accompagner, tu t’ennervais après ces bestioles qui te piquaient notamment au poignet gauche.

3° tronçon col du Bonhomme, le calvaire : tout seul j’ai explosé.

4° tronçon : la Schlucht et le Refuge du Sotré : Génial!!!La haie d’honneur, l’accueil au Sotré, sans parler après du repas marcaire.

Jérémy : Mais avec ton avance de 45′, je suis arrivé trop trd, tu étais déjà passé.

Je t’ai donc attendu au champs du feu pour courir les 3 petits kms jusqu’à la Charbonnière.

C’était très court mais je suis content d’avoir pu participer à l’événement.

Mickaël : Hello Stephane,
Pour ma part je t’ai accompagné du col de la charbonnière jusqu’au col de Ste Marie.
sur cette partie plusieurs choses m’ont marqué.
1. un passage pas très drôle au Climont hors forêt en plein soleil ça cognait fort.
2. ton coté très zen lorsque entre le col d’Urbeis et le col de Ste Marie tu t’arrêtes net sur un croisement et là tu dis « j’ai un doute »
Quelques secondes plus tard tu repars aussi net et tu m’explique que un peu plus loin il y a un croisement semblable et qu’il faudra prendre à droite.

Je reste scotché sur l’organisation du tracé (juste dans ta tête sur plus de 200km), pas de cartes pas de marquages pas de GPS, bref chapeau
Encore un grand bravo à toi c’était un grand moment pour moi.
A bientot dans tes contrées un mercredi soir.

Sophie :  Salut Stéphane! Toutes mes félicitations pour ta traversée des Vosges! Tu es impressionnant et ta performance donne des idées de balades magnifiques!

Pour ma part j’étais heureuse d’apporter ma micro-contribution en te suivant entre le col de la Charbonnière et le col d’Urbeis.

Reste comme tu es! Vosgien jusqu’au bout..

Philippe : Le petit team olicoaching était avec toi du col de la charbonnière jusqu’à sainte Marie un fait marquant pour moi rien ne vaut une bonne pomme de terre des Vosges pour avoir la patate ! Encore bravo pour ce record.

Tu fais le retour la semaine prochaine ?

Nicolas : Je t’ai accompagner avec Phillipe du col de la charbonnière jusqu’au col de la Hungrie ou tu nous a lâcher dans la montée que tu a faite en marchant ! Nous sommes comme même aller jusqu’au col de St Marie ! en plus j’ai été impressionné par ton tempo régulier il a fait chaud très chaud Dur pour moi avec cette chaleur un gros bravo à toi pour ce défi accomplie ! Plein de bonne chose pour la suite et bonne recup

Dimitri marchal : Bonhomme, Sotré..

Bertrand : Du Bonhomme à la Schlucht, après le Bonhomme, y’en a un qui avait laissé traîner quelques troncs d’arbres.

Je retiens aussi ta lucidité et une fin d’aprem fraîche mais superbe sur les crêtes.

Tu peux remettre le couvert, j’en serai, et pas le seul assurément.

Christophe : Du col de Louschbach au Sotré avec Stéphane P,  tu étais encore bien lucide : «  il fait encore chaud les gars ? Oui  Stéphane,  il fait encore chaud 😉 « 

Delphine : l’anecdote du team Trail du Telethon nos représentants Christophe et Stéphane qui voyant le drone arriver enlèvent leurs sacs pour montrer les maillots, sauf que pour l’instant on a que des photos et qu’on dirait plus tes porteurs d’eau!

Max :  Salut Stephane, pour ma part, col du Calvaire – refuge du sotré 14km 1h52 d effort à tes côtés.

Ça reste peu par rapport à ton long périple mais une énorme aventure.

Encore merci à toi, pour ce que tu es et encore félicitations pour ton exploit.

Niveau anecdote : ta pause Pipi qui m’a permis du coup de lancer l’ idée et d organiser une haie d honneur pour te remercier

Corentin : Salut Stéphane. J’ai fait une partie du parcours avec mon cousin. Nous avons fait la partie entre le lac blanc est le refuge du Sotré. C’est vraiment impressionnant de pouvoir sentir ta concentration et de ton application a dit ravitaillement ou tu es juste quelques mois avec ta femme mais aussi tout au long du parcours où tu restais concentré. J’ai des images qui me reviennent en tête la première bien sur l’arrivée au refuge et la seconde c’est lance que nous te avons fait une petite et t’étais arrêté faire une pause pour effectuer ses besoins naturels. Et ça me fait vraiment plaisir de faire partie de de ce projet en tout cas à notre niveau et ainsi de pouvoir promouvoir l’image des Vosges sur la scène du trail français. J’habite à Taintrux alors on aura probablement l’occasion de se re croiser sur le Kemberg ou l’Ormont. Pour info sur la photo où tu demandes de laisser un message je suis le petit bonhomme à ta gauche en débardeur.

Félicitations encore et merci et à bientôt j’espère!

Christophe : Entre Schlucht et Sotré, une haie d’honneur improvisée après une petite escale technique (avec de gay?? Luron prêt à soutenir le patron en phase de vidange).

Thierry : Avant le Sotré 200m en ta compagnie.

Après le 87km de Gérardmer je savais plus courir.

Mais je voulais te filer ce qui me restait d’énergie.

Thierry Heim (céramiq) : Du bout du parking au bar du Refuge du Sotré et même dormi sur place!!

Maxou : L’odeur de tes pieds, certifié par huissier de justice!!

 

Adrien : Avant le refuge du Sotré jusqu’au Markstein.

Un énorme partage qui restera gravé dans ma mémoire.

La formation de l’orage sur le grand ballon avec de magnifiques éclaires.

Alexis : Je t’ai accompagné avec 5 ou 6 autres coureurs sur la portion Sotré-Markstein, une des plus roulantes, grosso modo entre 20h et 22h15, jusqu’à la tombée de la nuit, avant que le temps ne se gatte… On a vu des hordes de chamois sur la crête, et même un cerf qui est passé devant nous. Perso j’avais 2 bières dans la tête, le ventre gavé de quiches (merci l’apero au refuge), pas de flotte sur moi, et blessé au tendon d’hachille de surcroît pour faire ces 20 petits kilomètres, mais franchement super moment. Content de t’avoir emboité le pas, mille sabords, et franchement un peu inquiet de t’avoir abandonné au Markstein, vu l’apocalypse qui se profilait

David : salut Stephane et bravo pour ta belle performance je suis parti du sotré et il faisait chaud dans la monté du hohneck .

Tu m’as avoué avoir de bonne jambe ensuite tu étais heureux de retrouver une urine clair !!!! nous avons croisé un troupeau de 25 chamois enfin je t’ai laisser avec tes doutes au markstein ! En effet les éclairs zebraient le ciel ! c’était magnifique mais inquiétant ! ce fut un plaisir bonne recup la bise !

Anthony : Un peu après le sotré on a pu voir les chamois et surtout le cerf bondir devant nous couché de soleil magnifique et le début de l’orage au Markstein, bravo

Romain : Du Markstein au grand ballon: entre tomber de la nuit et les éclairs une incertitudes à planer l’espace d’un instant surtout au niveau de traverser la route en pleins milieu. j’ai aimer justement ce moment d’échange ou tout le monde a été concerné par la décision de poursuivre ou non!? Et là, d’un coup tu te « réveilles » et tu traverses dans le champ, peut-être même un peu vite vu qu’avec la pluie, brume on prend pas le bon chemin. Cette partie était pour moi simple mais importante. Avoir été un suiveur et un éclaireur de cette aventure restera à longtemps un superbe souvenir.

Ps: je crois que c’est à toi, si tu le veux rendez-vous au GB.

Pascal : Salut Stephane, En ce qui me concerne, j’ai quitté la vallée de Gueb avec l’espoir de t’intercepter au Markstein. 10 min plus tard, tu arrivais avec une troupe de coureurs. Ravito, topo météo et nous voilà parti à 4 avec une météo des plus menaçantes. Il est déjà 22h passé et la nuit est bien présente. L’intensité électrique est bien présente et c’est difficile de déterminer le risque que cela représente de gambader sur cette crête avec les orages tout proches. Lorsque l’on coupe la route des crêtes, alors que la pluie fait son apparition, se pose la question : faire un break ou forcer la météo. Personne n’a compris le pourquoi du comment, mais tu es reparti, déterminé.. « on verra bien, rdv au Haag ». Dans l’euphorie, on loupe le GR et c’est à travers champs que l’on commence à grimper, alors que le GR contourne la bosse avant le gd ballon. Connaissant un peu le coin, je sens que l’on se trompe. Le GR est en effet, juste là à 100m sur notre droite. Ca y est, on a retrouvé la piste, concentration et tension… Quoi dir du grand ballon, franchis moins d’une heure plus tard et qui ne nous a pas montré son plus beau visage… Si jamais, tu veux y repasser dans de meilleurs conditions… Et comme c’était bon et que je profitais des débriefs, et topo météo, j’ai pu continuer jusqu’à Thann. Je ne reviendrais pas sur les conditions dantesques de la descente du Molkenrein… Ma pauvre veste ne s’en remettra pas… Cool de vivre cette aventure avec tout ces coureurs. Rare seront mes occasions de faire quelques bornes avec toi et Clément… on a jute pas le même rythme.

Jérémie : Du Markstein au col Amic, sous une belle averse et dans l’incertitude face aux orages et au danger présent; mais un souvenir mémorable; super (y); j’aurais bien aimé continuer malheureusement je travaillais le lendemain matin. En tout cas merci pour ce moment de partage et de plaisir

Nicolas avec Aurélien : On ta accompagné du Grand Ballon à Thann .. comme remarque je dirais que l’on a eu droit a un peu .. beaucoup .. beaucoup de pluie mais que c’était booooon !!! a très bientôt sur les chemins ALSACIENS..

Samuel : Salut, alors je t’ai accompagner avec un copain, Fred Jeanpierre du Molkenrain jusqu’à Thann. tu te rappelle la partie ou on a pris une bonne rincé 🙂 . En tout cas merci de nous avoir permit de participer à cet événement, c’était cool et sympa. A bientôt sur les chemins Vosgien et Alsacien. Au fait comment vont tes pieds car en bas de Thann ils étaient dans de salle drap!?

Cémyl : Salut Stéphane je t’ai suivi de la haute bers ( après le lac des perches) jusqu’à Belfort.

C’était le moment où tu avais l’air un peu dans le dur.

Tu m’avais dit que t’avais dalle et que depuis quelques bornes tu n’arrêtais pas de manger et je t’ai donné deux dattes pour la petite histoire.

Sacré souvenir en tout cas!

Stéphane : Je t’ai attendu de 6h30 à 7h15 au sommet du Ballon d’Alsace dans le brouillard.

Vers 7h15, deux chamois arrivent mais ce n’étaient pas ceux que nous attendions.

Félicitations en tout cas

Valentin : Giromagny / Belfort

L’échange très amical autour de ta formation etc…

Ce qui m’a marqué : ton arrivée quand on t’a laissé quelques mètres devant nous avec tes proches vers toi.

Et lorsque Clement a sorti contre toute attente le long de la piste cyclable :  » on est quand même bien ici … » Ton visage s’est figé , tu as eu envie de rigoler mais ta concentration était telle que tu n’as rien laisse paraître.

De plus, ta gentillesse dans l’échange, avec déjà 200 bornes au compteur, échanger sur ton parcours etc c’était top.

Thierry : L’ASPTT Belfort trail a terminé les 30 derniers km avec toi: Jérémie du Ballon d’Alsace jusqu’à Giro, Katharina, Valentin, et moi-même de Giro jusqu’à Belfort. Et une partie des membres sur la ligne d’arrivée pour t’accueillir devant la mairie. Même si on a pas beaucoup causé ce fut une belle expérience!

3 comments

  • adrien

    J’étais avec Stephane au Ballon entre 6h30 et 7h.de beau chamois,un vent et une bruine du matin,comme on aime…on attend,il fait quoi le Steph.il avait dit 7h pourtant…ah,un peu de réseau,on regarde FB,vla ti pas qu’on apprend qu’il decolle Thann avec Clément :-))…il est 8h..
    On redescend…on le verra en bas notre Steph,il suit le GR5.on l’attendra a Malvaux…bordel,il est passé par le Mont Jean. ..encore loupé,va fait rien,il arrive a l’écurie . »On est bien quand même ici »…Clément ne pouvait pas dire mieux.T’as voulu voir le Lion et bien tu l’as vu.Félicitations .Adrien

    Répondre
  • Corentin

    Salut Stéphane,
    Tu feras gaffe sous mon prénom il me semble que tu as oublié d’ajouter celui du suiveur d’après. ( a partir de « Niveau anecdote »)
    Ciao
    A bientôt ! ✌️

    Répondre
  • Max

    Corentin niveau anecdote ça va avec mon message il doit y avoir un Beug

    Répondre

Leave a comment